Fork me on GitHub

La Devoxx est maintenant quasiment terminée et il serait peut être temps de commencer à bloguer dessus ! Non mais ! Histoire de donner une impression générale pendant que c'est encore chaud : No regrets ! Malgré le rythme très soutenu des présentations (il y'en a beaucoup et peu de pauses sont prévues entre chaque conférence) l'évènement est vraiment fantastique. C'est un florilèges de speakers tous plus doués les uns que les autres, parmi lesquels sont cachées des RockStars qu'il est rare de pouvoir approcher de si prêt. C'est également le moment de remettre en cause tout ce qu'on peu apprendre dans notre veille technologique quotidienne, en bien ou en mal. Que font les autres? Comment cette librairie va évoluer? Faisons nous fausse route dans notre architecture? J'ai personnellement passé autant de moments à re-cataloguer (dans le bon sens du terme) ce que je connaissais déjà qu'à apprendre de nouvelles choses. J'ai bien-sur appris énormément mais c'est cette expertise, apportée tout aussi bien par les conférenciers que par les visiteurs que j'ai le plus apprécié. J'ai trouvé globalement cela plus professionnel qu'un JUG mais tout aussi détendu. Niveau déroulement c'est plutôt simple. Les discussions de barbus commencent au petit déjeuner (un peu comme si l'hôtel était notre territoire), où le premier des 250 cafés de la journée est avalé. S'en suis le cauchemar de l'unique et horrible rame de métro menant au Metropolis (le cinéma dans lequel se passe la conf) où chacun fait comme il peu pour survivre. Puis, les présentations s'enchainent de 9h à 19h sur fond de boissons gratuites et repas "gastronomique". Les stands commerciaux m'intéressant assez peu, j'ai passé le plus clair de mon temps dans les salles de cinéma. Il n'y a rien à redire sur l'organisation, tout s'enchaine très bien et si ce n'est du temps, on ne manque de rien. Beaucoup de geekeries un peu partout. Je pense principalement aux murs de Tweets, branchés sur le topic #devoxx, qui donnent parfois envie de tweeter juste pour voir apparaitre sa photo sur écran géant. Et pratiquement tous les soirs, un JUG ou une société faisait son show en regroupant du monde dans un restaurant ou juste en payant des bières (ce qui suffit, comme tout le monde le sais, à satisfaire un dever). Je reviendrai surement sur mon ressenti par ci par là car je pense réellement que le coeur de cette conférence n'est pas dans les techniques qui sont présentés, mais dans son aspect "boussole" pour la communauté Java européenne. Je précise européenne car on ne peut probablement pas comparer avec JavaOne. D'autant plus que ce type d'évènement entraine généralement une grosse vague de dynamisme parmi le public. Et le dynamisme, c'est le bien ! (tm)

Keynote

Cette première journée (pour moi en tout cas) a démarrée sur les chapeaux de roue par une énorme Keynote d'ouverture (qui n'en était donc pas une puisque tout a commencé Lundi) de plus de 3h que j'ai trouvée absolument géniale. De bons speakers, pas mal d'infos rassurantes sur Java et un avenir résolument tourné vers le Web. Premier à prendre la parole : Stephan Janssen qui, en bon hôte, nous a surtout parlé de la Devoxx, en chiffres :
  • 3000 visiteurs
  • 40 pays représentés (dont laFrance est loin d'être la plus mal lotie)
  • 117 speakers
  • 67 JUG
  • 27 partenaires
Derrière ces chiffres impressionnants se cachent une préparation colossale de 8 mois et une équipe de 25 personnes travaillant à temps plein à la bonne marche technique et organisationnelle. Je n'ose pas vraiment imaginer le temps que cela doit consommer de mener à bien une entreprise telle que celle ci. Moi qui ai déjà bien du mal à poster une simple note sur un site internet. Stephan007 semble toutefois aussi enthousiaste qu'au premier jour et son excitation était perceptible. La suite des chiffres :
  • 10 VDSL2 modems (Wifi rock !)
  • 13000 repas
  • 7200 croissants
  • 2000 yaourts
  • 1500 french fries
  • And last but not least 10 beer barrels (miam)
Je vous invite (si ce n'est déjà fait) à lire l'interview de ce monsieur sur le blog web tambouille pour plus de détails. S'en est suivie une petite présentation geekesque sur l'API Rest mise en place pour gérer les planning de la conférence et toutes les applications que la communauté avait pris soin de développer. Un nombre assez important de plateformes ont été couvertes de cette façon et je pense qu'il n'y a pas beaucoup de meilleure façon de montrer à quel point les logiciels libres et open sources sont une bonne chose. Une API ouverte a donnée naissance à des produits gratuits donnant envie à 3000 personnes de payer pour venir. Le business modèle idéal. Et en parlant de business modèle, on ne peux reprocher à quelqu'un de si dynamique et enjoué de faire parler de son petit bébé à savoir : Parleys qui permet aux milliers (milliards?) de personnes dans le monde de profiter, moyennant finance, des séances de la Devoxx en direct live, en streaming et ce, sur toutes les plateformes possibles et imaginables. J'en retiens surtout son regard brillant à chaque nouvelle fonctionnalité présentée. "And look, we can do this, and that", "Oh and you'll can't believe that we can also control with an iPhone !" C'était vraiment très rafraichissant d'entendre quelqu'un de content en fait. J'espère qu'il restera heureux et aussi dynamique pendant longtemps et que nous pourrons continuer à vivre directement ou indirectement une Devoxx.

Et après ?

Concernant la suite, je comptais revenir dessus lors d'autres articles un peu plus "thématisés". Car d'une certaine manière, les deux keynotes qui ont suivis ont données le La à tout le reste. Tout d'abord, nous avons eu l'immense honneur d'entendre parler Mark Reinhold à propos du futur de Java. Ce qu'il y a dans les tuyaux, quand et comment cela va se matérialiser, etc... J'aimerais donc proposer un article sur ce point en particulier qui, au vu des différentes autres présentations que j'ai vu à ce sujet, promet de belles heures de discussions mouvementées au coin du feu les soirs d'hiver. Bien qu'à mon sens, je suis fortement tenté de penser que le langage est sur la bonne voie car il y'a beaucoup de fonctionnel à l'intérieur. Ce sera aussi le moment de revenir sur le cas d'Oracle dont aucun des employés n'a été pendu/torturé/chatouillé pendant cette Devoxx (le jus de houblon gratuit a peut être aidé). La dernière partie a été dirigée à quatre mains (de maitres) par Dion Almaer et Ben Galbraith, les fondateurs d'Ajaxian. Ce fut très drôle, très Open Source friendly (même si on peux reprocher le côté pro-iPhone mais vu le nombre de produits Apple dans chaque mètre carré du Métropolis... je ne ferais pas plus de commentaires) et surtout, très Web. J'ai l'impression qu'une bonne moitié des conférences de la Devoxx étaient consacrées à autre chose qu'au Java et je ne peux que m'en réjouir. De fait, si le temps veux bien s'arrêter j'aimerais m'attarder plus en détails sur les conférences Web de la Devoxx et expliquer pourquoi l'on vie à une époque formidable.

Published

19 November 2010

Tags